Publié par : pierrotlapin | 15 mars 2011

Les humains sont 1400 fois plus nombreux que les phoques du Groenland…


Un requin blanc qui attaque une otarie. Le phoque du Groenland figure aussi au menu de ce puissant prédateur des mers. Ce n’est pas ce genre de prédation qui met en péril l’avenir des phoques. Les requins  sont des régulateurs naturels de l’espèce.

Mourir de façon naturelle versus mourir de façon industrielle

La vie d’un  phoque du Groenland n’est pas une sinécure. Il aura à faire face à la possibilité de sa mort à plusieurs occasions au cours de sa vie.  Une façon de mourir normale pour un phoque est de mourir de vieillesse, ce qui ne doit pas arriver souvent vu les multiples périls qui se dressent dans la vie d’un phoque du Groenland. Il peut lui arriver un accident (hélice de bateau, chute de glaces) ou bien le phoque peut périr pour cause de maladie ou d’épidémie. Il peut aussi être attaqué par un prédateur (requin, orque). La pollution doit aussi tuer un certain nombre de phoques. Pêches et Océan Canada a retrouvé dernièrement 200 phoques morts tout seul au Labrador et l’autopsie n’a pas trouvé la cause de la mort. Ou bien les gens de Pêches et Océans sont des incompétents ou bien ils cherchent à cacher quelque chose. Maladie? Épidémie? Mercure?  On ne sait pas mais qu’il suffise de dire que dans leur longue migration les phoques du Groenland perdent de la graisse et que le mercure accumulé dans celle-ci afflux alors brutalement dans leurs tissus ce qui est pas vraiment bon pour la santé. Si c’est cela la cause de la mort des 200 phoques, je ne pense pas que Pêches et Océans en parlerait vu que ce ne serait pas trop bon pour le prix de la viande de phoque qui tomberait à 1 cent la livre.  Personne ne s’habillera non plus avec un manteau de fourrure dégageant des vapeurs de mercure. Tout cela pour dire que la menace de la pollution par produits toxiques (mercure, furanes, DTT, BPC) est réelle pour le phoque. 

Il peut arriver aussi au phoque de se faire tuer par un Inuit qui pratique la chasse de subsistance à très petite échelle. Mais ici on parle d’un petit nombre de prises faite dans le respect de la bête. Un Inuit ne nommera jamais un phoque une « vermine » puisqu’il est essentiel à sa vie. L’importance du phoque dans la culture des Inuits est omniprésente dans l’art de ceux-ci, comme par exemple les sculpture en pierre de savon. L’image du phoque dans la culture de ceux qui pratique la chasse commerciale  à grande échelle plus au sud (Terre-Neuve et Îles-de-la-Madeleine) est toute différente. Les chasseurs blancs du sud utilisent souvent le mot « vermine » et autres termes péjoratifs pour désigner le phoque. Ils ne semblent pas vivre un rapport sain avec la Nature à comparer aux Inuits.  Cette perception malsaine du phoque dans la région du Golfe St-Laurent  entraine chaque année des massacres cruels  dénoncés à l’échelle internationale.  Lors de ces boucheries annuelles, il peut arriver au phoque du Groenland de se faire tuer avec 350,000 de ses amis en quelques jours sur la banquise canadienne par une bande de chasseurs travaillant main dans la main avec la cupide industrie de la fourrure. La chasse commerciale qui se pratique au Canada est un génocide progressif, une chasse abusive et de surcroît, elle est pratiquée d’une manière particulièrement cruelle. Tellement que la plupart des pays civilisés du monde ont tourné le dos aux chasseurs de phoques du Canada. Ce qui est triste est que les Inuits payent maintenant de leur association aux chasseurs du sud  qui pratique une chasse commerciale motivée par l’appât du gain. Les chasseurs commerciaux mentent quant ils affirment qu’ils font partie d’un tout avec la Nature et que leur rôle est donc de réguler la population des phoques.  On ne peut pas comparer un ours blanc  ou un orque qui mange quelques phoques par mois avec un chasseur de l’industrie de la fourrure qui en tue des milliers pour s’en mettre plein les poches et qui de surcroît mangera de la viande de phoque de façon épisodique ou juste pour l’image face à la presse pour vendre de la viande très mauvaise au goût.

La chasse aux phoques canadienne n’a rien d’écologique. D’ailleurs ce n’est même pas une chasse étant donné que le gibier n’a aucune chance de se sauver et  que les victimes sont des bébés biologiquement parlant. C’est plus une récolte, un peu comme on récolte des pommes dans un arbre. C’est une simple formalité de tuer un bébé phoque, un cul-de-jatte avec un bandeau pourrait sans doute être capable de chasser le bébé phoque.

Les chasseurs sortent souvent leur argument du nombre élevé de phoques pour justifier leur massacre et leur cruauté. Ils disent: « Il y a 5 millions de phoques, ils ne sont donc pas en voie d’extinction ». C’était peut-être vrai dans les années 1990, mais pas à l’époque actuelle où la banquise du Golfe St-Laurent  (et celle de l’Arctique) fond de plus en plus chaque année et que cela provoque une énorme mortalité chez les bébés qui sont  les prochaines générations. Cela signifie que l’espèce du phoque du Groenland devrait maintenant être considérée très menacée et même possiblement en voie d’extinction. L’existence même du milieu naturel du phoque du Groenland est remis en question. Les ours polaires de l’Arctique meurent de faim, faute de banquise et donc de phoques. Les femelles ours polaires doivent maintenant parcourir d’énormes distances à la nage pour trouver de la nourriture à leurs petits.  Souvent, elles se noient d’épuisement ou d’hypothermie à cause de la perte de graisse causée par ces efforts désespérés pour survivre. Bien sûr, la mort de la mère ourse entraine aussi la mort des oursons. L’avenir de l’ours polaire  ainsi que du phoque du Groenland  est directement reliée à l’existence de la banquise de l’Arctique et du Golfe St-Laurent. C’est la deuxième année de suite qu’il n’y aura probablement pas de banquise pour permettre la survie des bébés phoques dans le Golfe du St-Laurent. Des centaines de milliers de bébés phoques périront noyés, mais ça ne veut pas dire que le massacre annuel sera reporté pour autant. L’industrie de la fourrure exige ses 350,000 innocentes victimes. Tout porte à croire que les changements climatiques sont là pour durer et cela compromet l’avenir des phoques du Groenland dans un délai rapproché.

550,000 bébés phoques seront tués cette année pas « juste » 350,000

Si disons 200,000 bébés phoques meurent à cause des conditions climatiques (absence de banquise) et du manque de poissons  et que 350,000 phoques sont chassés quant même par les chasseurs de phoques canadiens, c’est 550,000 qui seront tués et non pas 350,000. Les bébés phoques se font cibler en premier ce qui fait que les individus plus vieux meurent de vieillesse et qu’en plus il n’y a plus de régénération du troupeau à cause des effets des changements climatiques causés par l’homme en plus de la chasse abusive des chasseurs.

Un orque chasse un phoque en Patagonie (Argentine). Les orques  sont des prédateurs normaux des phoques et otaries et font partie des régulateurs naturels de l’espèce. L’Homme est pas un régulateur naturel de l’espèce, il ne vit pas dans la mer en équilibre mais provoque des déséquilibres par sa présence étant donné qu’il ne fait pas partie naturellement de la pyramide alimentaire des océans. L’Homme se décide unilatéralement des quotas pour un milliard de bouche à nourrir. On peut dire que l’Homme « squatte » sa place au détriment des espèces marines.

Quel recensement?

Les phoques du Groenland ne sont pas vraiment aussi nombreux que les chasseurs le disent. Leur population doit être en bas de 5 millions vus qu’aucun véritable  recensement  digne de ce nom n’a été fait depuis des années. Le chiffre de 5 millions peut paraître élevé mais il est bas par rapport à la taille des océans. Les animaux marins ont besoin d’être plus nombreux que les animaux terrestres pour maintenir l’équilibre fragile étant donné que les trois quarts de la Terre sont constitués d’eau. Les chasseurs parlent d’un recensement de 10 millions de phoques (très grossière exagération dû  à l’alcool sans doute) alors que c’était impossible de faire un recensement l’année dernière vu qu’il n’y avait même pas de banquise!  On sert ce genre de mensonge démagogique au public à la pelle. Le gouvernement Harper a même coupé dans les budgets pour faire le recensement des Canadiens, pensez-vous qu’ils ont pris ces sommes pour recenser les phoques? Je pense qu’actuellement, déterminer la population exacte des phoques du Groenland tient plus de la bonne aventure que de la science.

Les phoques mangent une minuscule part en poisson par rapport à la part humaine

Considérant que nous sommes 7 milliards d’humains sur Terre contre seulement un minuscule  5 millions de phoques, cela fait que les humains sont 1400 fois plus nombreux que les phoques du Groenland. Ces chiffres nous montre donc que le gros problème n’est pas la population des phoques mais surtout la surpopulation humaine qui est 1400 fois plus nombreuse que celle des phoques du Groenland! Les chasseurs peuvent bien dire que les phoques mangent tout le poisson en sortant les chiffres qu’ils veulent mais les océans ne pourront jamais fournir une demande en poissons pour 7 milliards de personnes. La demande humaine en poisson a juste pas de bon sens.  Même si l’Homme n’est même pas un animal marin lui-même, il vide les océans et veut  s’accaparer égoïstement  les  ressources des autres espèces en les déclarant  nuisibles.  Le poisson représente pour  l’Homme un simple caprice gastronomique mais même en tenant compte de ça, la plupart des espèces de gros poissons comme la morue ont été victime de la surpêche. Les humains  étant 1400 fois plus nombreux que les phoques du Groenland, je vous laisse calculer la demande humaine en poissons. Par chance, l’Homme n’a pas de nageoires car les océans seraient vidées assez vite.

La recherche du bouc émissaire pour excuser la surpêche

La vérité est que même si demain matin les chasseurs de phoques exterminaient tous les phoques du Groenland jusqu’au dernier, l’industrie de la pêche serait quant même dans la merde vu la demande irréaliste de l’humain en poissons. On en veut aux phoques d’aimer le poisson, mais c’est leur nourriture de base, ils ont bien le droit d’en manger vu que la Nature les a fait comme ça. Les humains eux, pourraient sans problème se passer de poisson, pas les phoques. Pour cacher la gloutonnerie humaine, on a désigné le phoque comme coupable. Le ministère de Pêche et Océans Canada pour masquer son incompétence dans sa gestion des pêches canadiennes se trouverait bien d’autres coupables advenant la disparition des phoques. Ils pointeraient du doigt les bélougas, les requins, les baleines, les oiseaux de mer. Bref, il trouverait un bouc émissaire pour pardonner les effets de la surpêche au Canada. Cette hypocrisie qui règne
au Canada doit être dénoncée.

La solution c’est pas d’exterminer les phoques, car les humains vont continuer de pêcher les minces stocks de poissons qui existent encore et ils pêcheront jusqu’à ce que les filets soient vides. La solution est un moratoire d’au moins 5 ans ou plus pour donner un break à Mère Nature et il faudrait imposer une réduction drastique des flottilles de pêche. Malheureusement, le  Canada continue le massacre des phoques du Groenland et des phoques gris en se foutant de l’opinion du monde entier. La conséquence est que le Canada ne semble pas voir que le monde entier sait ce qui se passe et plusieurs pays boycottent les produits canadiens et pas seulement ceux du phoques.

Une femme est exécutée en Chine. Plein de gens dans ce pays sont en prison pour réclamer des choses qui sont des acquis chez nous. Nous fermons nos yeux et faisons semblant de ne pas voir ce qui se passe en Chine. Il y a pas de différence entre le régime politique de ce pays et le régime nazi, toute pensée d’opposition aux décisions du gouvernement chinois mène directement à la prison et parfois à la fosse commune comme ici. Mais tout ça n’a pas l’air de déranger ceux qui vendent les produits du phoque en Chine et qui nous donne des leçons de morale sur les droits humains. Comme on dit, ils voient la brindille dans l’oeil du voisin et pas la poutre dans le leur.

Les chasseurs de phoques alliés à la dictature en Chine, ou l’hypocrisie morale d’un lobby

Nos gentils chasseurs de phoques qui nous parlent  toujours de l’importance du caractère sacré de la vie humaine et de la démocratie (voir le naufrage de l’Acadien II causé par l’incompétence de la Garde-Côtière Canadienne) font maintenant affaire avec le plus grand système oppressif de la planète, la Chine. Dans ce pays, des centaines sinon des milliers de personnes sont torturées et exécutées à chaque année juste parce ce que ces opposants chinois demandent plus de respects des droits de l’Homme. En Chine, les petites filles sont aussi noyées à la naissance juste parce qu’elle sont des filles. Je pourrais parler aussi des expositions de corps humains dans le style de « Bodies » qui mettrait en scène des détenus chinois qui ont été exécutés et plastifiés pour notre bon divertissement. Dernièrement le Canada et plusieurs pays dans le monde ont été victime de cyber-attaques en provenance de la Chine. Le monde entier sait que ces attaques sont coordonnées par le gouvernement chinois pour nuirent à nos économies, nous espionner et en tirer des avantages. Même en sachant tout cela, où est passée la belle morale des chasseurs de phoques? Réponse: Le commerce avant les droits de l’Homme après. Ceux-ci semblent se foutrent autant des droits des animaux que de ceux des êtres humains. D’ailleurs l’attitude agressive des chasseurs de phoques envers les militants écologistes est assez représentative à cet égard. 

Le prix Nobel de la Paix de l’année passé est d’ailleurs chinois et incarcéré en Chine. La réponse des chasseurs de phoques à ces faits: Encourageons la dictature chinoise en commerçant  les produits dérivés du phoque. On a beau se plaindre des gestes de Khadafi et du mépris pour la démocratie de ce régime, ce que les chasseurs de phoques encouragent en Chine est 10 fois pire en quantité que ce qui se passe en Libye. Comment font-ils pour se regarder dans un miroir le matin en faisant des affaires avec un régime politique chinois de pourris?

Une industrie essentielle pour travailler?

Les plaingnards chasseurs de phoques nous arrivent aussi avec la menace du chômage pour nous expliquer l’obligation qu’ils ont de chasser le phoque. Pas de chasse aux phoques, pas de travail qu’ils affirment. Pourtant, dernièrement une entreprise des Îles-de-la-Madeleine  a  offert des emplois à des Madelinots pour travailler dans une usine de transformation des produits de la mer. Résultat, manque de candidats… Même que selon la nouvelle dont j’ai le lien ci-bas, les Madelinots  songent à faire venir des immigrants pour travailler à cette usine. Vous trouvez une pensée logique chez les Madelinots? Moi je vois seulement de la mauvaise foi et une obstination destructrice autant pour les phoques que pour leur réputation dans le monde. Le proverbe « Il y a juste les fous qui changent pas d’idée » s’applique à 100% dans le cas de la chasse aux phoques.

http://www.radio-canada.ca/regions/est-quebec/2011/01/17/008-usine-cap-sur-mer-penurie-personnel.shtml

Conclusion

Vous allez me dire que je n’aime pas les chasseurs de phoques. Non, je n’aime pas la bêtise humaine, le mensonge et la mauvaise foi où qu’elle se trouve sur le globe. Je crois au progrès et je ne crois pas qu’on va bâtir une économie solide avec une industrie dépassée et anachronique qui date de la Nouvelle-France. En 300 ans de chasse aux phoques, la vente des produits du phoque n’a jamais remporté un vif succès  au Canada et ça ne remportera pas plus de succès dans le futur. Avant même l’arrivée du mouvement écologique au Canada, la viande de phoque ne se vendait même pas plus.  Le climat se réchauffe, qui portera des fourrures dans des hivers doux? Mangerez-vous du steak en sachant qu’il y a du mercure dedans? Plein de questions à se poser.

Publicités

Responses

  1. La majorité de tes argument ne tiennent pas la route.. Je ne suis pas madelinôt, je n’ai pas d’opinions définitive sur le sujet, car je ne suis pas au courant de tous les faits. Par contre, je suis contre un texte comme celui-ci qui explique n’importe quoi…

    C’est tout simplement de la dramatisation…

    Et si tu veux mon opinion sur un point. Je crois que l’humain fait partie de la chaîne alimentaire des animaux aquatiques. Depuis quand on a besoin de vivre dans l’eau pour faire partie de la chaîne alimentaire des animaux aquatiques… À partir du moment qu’une espèce peut se nourrir d’un autre animal, il fait partie de la chaîne alimentaire, tout simplement… Il n’y a qu’un seul critère pour le déterminer et c’est celui-ci

  2. Nous sommes au-dessus de la chaine alimentaire marine (au-dessus des orques) mais à l’extérieur. Comme nous n’allons que temporairement sur l’eau pour chasser, on ne fait pas partie de celle-ci. Par exemple, notre cadavre est pas bouffé par les poissons quant on meurt dans 99,9% du temps. On est enterré sur Terre. Nous naissons aussi sur Terre. Je regarde mon corps, je ne vois pas de nageoires. l’Homme squatte sa place dans la niche écologique des autres.

    « Il n’y a qu’un seul critère pour le déterminer et c’est celui-ci » Non il y a pas interrelations entre nous et les espèces marines. Nous on prends mais on ne donne rien. Le meilleur exemple que je peux te donner est que si demain matin l’Homme disparaissait de la planète, cela n’aurait aucun effet négatif sur les espèces marines. Elle peuvent vivre sans nous, donc on est pas dans la pyramide alimentaire. Même que la disparition de l’Homme aiderait beaucoup d’espèces à éviter l’extinction. Nous avons un rôle nuisible, ne pas le voir est de l’aveuglement.

  3. @Pierre Valcourt : L’ours, mammifère, nait sur terre, mange du poisson. Tu vois à quel point ton argument est stupide sans aucune validité.

  4. Okay l’ami dans mon prochain article je vais écrire que les ours naissent dans l’eau. :O) Ça va sûrement être plus crédible.

  5. Il y a vraiment des crétins sur terre genre Gabriel et Charles, l’ours est terrestre en effet mais n’es tu pas au courant que l’ours évolue, ces pattes deviennent palmé ce n’est pas pour rien 🙂 certains devrait regarder plus souvent des documentaires sur différentes choses afin d’agrandir leur culture plutôt que de ce croire mieux que tout le monde. L’être humain est un parasite rien de plus et ça ce voit c’est limite, il pompe toute les ressources d’une planète pour aller sur une autre. Donc stop ne pas vous assumer et toujours trouver des excuses l’être humain est l’être le plus développe au niveau du cerveau, et pourtant ça reste le plus crétin de tout les êtres sur terre


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :